Drôle d’histoire

Drôle d’histoire
19 février 2010 aime comme Marie

Je vais vous racontez une histoire.

Il était une fois une jeune et belle demoiselle (je me permets d’enjoliver, après tout c’est moi qui raconte) qui rêvait d’un grand, d’un très sac à main. Le même que celui qu’elle traîne depuis des années et qui commence à fatiguer…
Ce sac elle le voulait en cuir (l’original étant en tissu). Mais pour un test la belle demoiselle préféra le réaliser en similicuir (un beau similicuir marron foncé presque noir) Lors d’une virée shopping, dans une vallée nommée Salon MCI (hummm drôle de nom !) elle dénicha le parfait liberty qui doublera son futur sac.


Lors d’un après-midi dominical de la fin d’année passée (pendant les fêtes de noël, quoi !!!) Voilà la jeune demoiselle munie de son mètre ruban, de fil, et d’aiguilles. Après avoir découpé toutes les pièces de son futur sac, un doute s’empara d’elle !!!!
Le sac sera-t-il assez solide pour supporter le poids de toutes les petites affaires indispensables à toutes filles (question cruciale !)
Dans le doute, et par prudence, la demoiselle entoila chaque morceau d’un entoilage très épais et résistant.
Rassurez quand à la solidité de son futur sac, la demoiselle assembla patiemment et minutieusement tous les morceaux de son sac. Le tac-tac-tac de la machine lui promit déjà LE sac tant attendu.


Puis vient le moment de retourner le sac et de le fermer par de petits points discrets…. Et là commença une lutte des plus physiques. (avez-vous déjà retourné du similicuir et du Liberty fortement entoilés ???? ben c’est du costaud !) Mais la jeune et belle demoiselle est des plus tenaces, elle n’abandonna pas son sac si près du but ! NAN ! hors de question.
Alors après plusieurs longues minutes de bataille sanglante (j’exagère à peine, là !) Voilà le sac retourné, et fermé par de minuscules points à la main.


ET LA… C’EST LE DRAME ! le sac tient debout tout seul ! (la faute à un double entoilage hyper épais!!!) Impossible de sortir avec ce truc sous le bras !!!!

C’est ce moment que choisit son père (un homme sage, plein de bon sens, réactif, et un brin intéressé)

-« Mais c’est exactement ce que je cherchais pour transporter et ranger le petit bois à côté du poêle ! Et puis il ira très bien avec, ce sont les mêmes couleurs que le salon… »

(vous imaginez la tête de la jeune demoiselle)
-« Merci ma fille ! »

(la jeune fille essaye désespérément de faire comprendre à son père qu’on ne transporte pas du bois tout sale dans du Liberty, quelle sombre idée ?!)

-« Pour une fois que tu fais quelque chose pour moi et pas pour ta mère! »
(hummm il a la mémoire courte !! Il oublie vite les caleçons…)

Sur ce il part avec l’ex-futur-sac de la demoiselle, transporter son petit bois et narguer mamô avec son nouveau sac. Vous imaginez la tête de mamô jalouse, car elle aussi aurait bien besoin d’un grand sac comme celui-ci pour y ranger ses en-cours tricots… (un autre message subliminale des moins subtiles… mais ça c’est une autre histoire!)

Voilà comment est né ce sac fourre tout. Allez cesse de bla-bla place aux images.

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*