Textured Shawl


En plus de mon gilet au blé-bleu j'ai glissé dans ma valise un shawl ; c'est comme une trousse de toilette, 2 ou 3 paires de chaussures et un petit kit de survie : c'est vital ! Une valise sans, n'est pas tout à complète (et pour être équitable, j'y glisse toujours un shawl en laine et un autre un tissu.... ben voui ça dépend tu temps !)

Le Textured Shawl n'est plus à présenter. Il est devenu un incontournable des tricoteuses, surtout lorsqu'il est tricoté en Malabrigo ! (Rhalalala la Malabrigo ; mon nouveau péché) Pour celles qui suivent ce petit blog (j'aime penser que vous êtes des lectrices assidues) et que bien sur vous vous rappelez de TOUT ce que je vous raconte (bien sûr!) Vous vous souvenez donc de cette photo publiées mi-mai où le fameux gilet au blé-bleu côtoyait déjà mon shawl... (no comment)

Là où beaucoup ont utilisés 2 écheveaux de ce fil 100% baby Merinos ; j'ai comme à mon habitude voulu un shawl plus grand (plus enveloppant) et donc consommé 3 écheveaux de Malabrigo couleur "Pearl Ten" de chez Laines-et-Tricot.

Je ne l'ai pas mesuré mais il a la taille idéale

Tricoté avec des aiguilles N°5,5 et le fils en double ce shawl est un vrai régal à réaliser. Pas le temps de s'ennuyer ! Les rangs de jersey et de point textured s'enchainent rapidement. J'ai fait au feeling (sans compter les rangs !).

Photos prises peu de temps avant que l'on aille voir le Ballet National de Russie

Je ne vous parlerai pas de la douceur et de la légèreté de mon shawl, non !
Je ne vous parlerai pas de sa couleur impossible à photographier tellement elle est nuancée, non !
Je ne vous parlerai pas de la chaleur que procure cette laine, non !
Je vous parlerai encore moins des écheveaux de Malabrigo qui sont sur mes aiguilles actuellement et que j'ai ramené de mon séjour Londonien, non !
Ni du fait que ma mercière préférée à reçu 2 cartons de cette merveille, non !
Je préfère garder le silence !

Top asymétrique à volant

Une nouvelle semaine commence et je continue à vous dévoiler mes "summer-bag" (car en faisant le tour de mes photos je me suis rendue compte que j'avais encore 4 ou 5 réalisations from London et Lyon à vous dévoiler....) Mais cesse de blabla place à ce dernier top Moscovite.
Vous l'aurez compris le mot d'ordre cet été est "je montre mes épaules" au risque de choper des coups de soleil malgré la crème indice 50... et par conséquent de peler quelques jours plus tard... (hum so glamour !)

Message personnel à Lilie et Karen : "z'avez vu, je ne quitte plus vos bracelets ! Merci les filles !"

Réalisé en voile de coton fleuri d'une couleur indéfinissable entre le bleu-gris-canard avec des petites touches de jaune moutarde et gris-kaki.... bref everything I love ! Plus sérieusement ce top n'a rien de compliqué : une seule bretelle, 2 volants, des fronces, 2 pinces à la poitrine (tout de même)... alors histoire de m'amuser un peu j'ai testé le roulotté de ma surjeteuse.

Le roulotté c'est magique ! surtout sur les tissus fins.
Un nouveau monde s'ouvre à moi...


Allez juste pour le plaisir des yeux un zoom sur le tissu, les roulottés et mes BO

Une chemise pour.... Djé

C’est devant la diffusion de Rocky III que je commence mon billet…Oui je sais il n’y a aucun rapport pour l’instant mais ça va venir…

Alors pourquoi je vous parle de Rocky parce que Rocky 4 évidemment. Dans cet opus (l’un des plus mauvais de la de la franchise), Rocky (magnifié par Sly) rencontre Ivan Drago (interprété par l’immortel Dophl Lundgren), un boxer soviet (le voilà le rapport) pour venger la mort de son ami Apollo Creed (tué par Ivan Drago, essayez de suivre un peu). Tout au long du film, et afin de se donner de la motivation lors de son entrainement dans son kolkhoze perdu au fin fond de la Sibérie, Rocky se remémore des souvenirs avec son grand pote Apollo. Ces flash-backs nous fournissent des scènes exceptionnelles, tirées de Rocky 3, avec un coté crypto gay tout à fait assumé. Les voir courir sur la plage avec leurs micro-shorts et leurs débardeurs ultra moulant est vraiment un pur bonheur.

-ApolloooOOOoooooo, viens dans mes bras vieille folle

Mais trêve de billevesées et passons au sujet qui nous intéresse : ma deuxième chemise certifié Aime comme marie.

Lors de la présentation de ma première chemise (ici pour celles et ceux qui ont oublié), je vous avais annoncé que d’autres chemises avaient été commandées et devait arriver dans les semaines qui suivaient. Le post datait du 25 Avril et là vous vous dites qu’à l’époque je vous ai menti, que je n’avais rien commandé, que c’était une phrase lancée en l’air histoire de faire du « teasing » (technique très réputée dans la blogo) et étant sans nouvelles de moi, vous vous demandiez de qui m’était arrivé (faites au moins semblant). Mais voilà, devant l’élégance de la création (je reparle de la chemise là), d’autres personnes se sont mis sur la liste d’attente des liquettes. L’un étant mon père et l’autre plus grand que moi, j’ai dû m’incliner et les laisser passer. Heureusement dans un souci d’équité, la couturière a fini toutes les chemises en même temps.

Dans le post de la première chemise (oui il y a une continuité dans mes posts, c’est pas des papiers écrit sur un coin de nappe), je vous signalait que mon premier choix de couleur était le bleu clair mais la couleur n’étant pas disponible, j’avais opté pour un beige ; bref je vais pas vous réécrire toute l’histoire. Celui que Marie m’a rapporté de l'atelier Beau-Travail était exactement ce que j’recherchais. Puis pour trouver le tissus pour les doublures de manches et de cols, j’ai été faire un tour dans le bordel la réserve de tissus de Marie et après une première sélection, j’ai choisi un liberty au ton blanc, bleu et rouge. Les rajustements me conviennent mieux que sur l’autre chemise (ben oui on améliore au fur et à mesure).

Le film vient de finir, et comme Rocky arrivant en haut des marches du Philadelphia Museum of Art, j’ai atteint mon objectif et la fin de mon voyage dans la blogo. Je ne vais pas finir mon papier en faisant une annonce comme la dernière fois pour au final vous décevoir en ne donnant pas de suite…non je ne le ferai pas… je vous dis d’arrêter… Oh mais lâchez moi madame, c’est une nouvelle chemise… bon okay je vous le dis, il parait qu’une troisième chemise est en route et déjà découpé mais n’ébruiter pas la chose.

PS : aller voir The Expendables, parce que Sly c’est quand même un putin de mec et un des derniers monstres du cinéma americain.

Mon Bustier Basile-le-Bienheureux

Voilà un petit rien qui fait de lui un grand classique ! Un bustier en Liberty qu'y a-t-il de plus basique ?!!!! Et bien figurez-vous que je n'en avais aucun, même pas un tout petit, RIEN ! Alors après avoir bavé devant ceux d'Anaïk, de Magali, de Roxane, et de tous ceux que j'ai croisé ici et là.... Je me devais d'avoir le mien !

Un morceau de Liberty Phoebe couleur moutarde (rhaaa qu'il est trop beau !), un petit empiècement boutonné (histoire de le rendre moins tristoune) un élastique sous la poitrine (et whouhahou mais à qui est cette poitrine ?!!!)

Inutile de vous dire que mon bustier est léger, confortable (même pas besoin de vérifier qu'il ne tombe pas!) et qu'en plus je craque sur cette couleur !

Et puis devinez ce qui m'a accompagné pendant notre séjour Moscovite..... un joli noeud-noeud from Karen (la classe hein ?!)

Mon gilet au blé bleu

Bien qu'on soit en plein été, la météo nous avait prévu 1 journée à 17° (nan, mais franchement on a pas idée une telle température en plein mois d'août !!!) J'ai donc glissé dans ma valise un gilet mi-long à toutes petites manches (si on peut appeler ça des manches ?!) Le genre de gilet que l'on peut porter juste comme ça avec l'ensemble le plus basique : jean+tee-shirt. Mais aussi au dessus d'une simple veste, histoire de se réchauffer un peu !
Bref vous l'aurez compris le gilet qui s'adapte à tout !

Ce gilet est à la base un simple rectangle tricoté au point de blé avec 2cm de côté au début et à la fin (rien de bien méchant!) Mais ce simple rectangle à tout de même pas loin de 200 mailles, et mesure une presque 2 mètres ! (Ouep là ça fait mal) surtout si je vous dis qu'il est tricoté avec des aiguilles n°4 ! (un brin maso la fille ?!)

Je pensais que ce gilet allait devenir un projet-tricot-boulet ! Vous voyez le genre, un de ceux qu'on traine pendant des mois et des mois sans en voir la fin... Et bien pas du tout !

Ce gilet se tricote tout seul. Passez les premiers 10cm où l'on hésite sur une maille endroit et/ou envers, une fois que le coup d'œil est pris ça "roule-ma-poule" 3 semaines plus tard il est sur mes épaules !

Une simple couture en forme "Y" dans le dos et voilà comment transformer un simple rectangle en un super gilet.

mélange alpaga+plumette bleu marine
Photos prises au parc des Statues Déboulonnées à côté de la Galerie Tretiakov (Park Koultouri)

Une chemise pour... Papa

Vous vous souvenez surement que mon premier vœu avait été mon gilet sans manche pour la randonnée. Il a été testé lors de notre traversée des Cévennes sur le Chemin de Stevenson et a parfaitement rempli son rôle.

Si je suis à nouveau sur ce blog, c’est pour la réalisation de mon deuxième vœu. Je voulais moi aussi une chemise « Aime comme Marie » comme mes fils. La proposition de Marie à l’époque était : « tu la voudrais pas en Liberty ? ».

Le week-end passé à Londres en compagnie de ses frères était aussi pour refaire son stock de ce tissu qu’elle adore. Je n’avais plus qu’à attendre…

Et bien l’attente a été de courte durée. Elle a tout de suite sauté sur sa machine et réalisé, pas UNE, pas DEUX, mais TROIS chemises, pour que nous les hommes chanceux de la famille, partions pour Moscou avec ses nouvelles créations.

Juste avant le départ a eu lieu les séances d’essayage et de retouches. Waouh ! Quelle surprise lorsqu’elle me tend ma chemise. L’imprimé avec toutes ces cerises rouges est inhabituel pour moi. Mais, une fois sur le dos, la douceur du tissu et la taille bien ajustée fait que je me sens bien dedans. Après un petit ajustement sur la longueur et les boutons et boutonnières en place, elle est dans la valise direction Moscou.

Il a fallu ensuite trouver l’emplacement pour la séance photos. Malheureusement, le jour où je la portais a été le seul pluvieux du séjour. Elle n’est pas à cours d’idée et c’est dans l’une des stations superbement décorées du métro de Moscou que j’ai joué au mannequin. Je ne vous raconte pas la tête des Moscovites en me voyant posé de manière gauche devant Marie me donnant ses instructions : « remonte tes poignées pour voir le revers », « Moove ton corps », « retourne toi », « fait voir le col », « détend toi »…, enfin vous imaginez, non !! Les spectateurs étaient nombreux et ont dû apprécier ma chemise à l’imprimé qui rappelle « le temps des cerises », chant révolutionnaire au moment de la commune.Bon voilà l’histoire de mon deuxième vœu « Aime comme Marie », je pars réfléchir à mon suivant. A suivre…

Encore merci, ma fille

De retour mais bientôt repartie

Nous voici de retour de Moscou (oui, vous avez bien lu Moscou) Même pas peur ! Nous sommes donc partis mardi dernier pour notre séjour familial annuel. C'est Pti'Frère qui voulait découvrir la capitale russe (quelle bonne idée). Alors oui, nous avons eu peur de devoir annuler (encore une fois) notre séjour
Oui, nous avons passé les 15 derniers jours les yeux collés aux infos, et les oreilles aux transistors pour suivre l'étendu des feux
Oui, nous nous sommes posés beaucoup de questions (centrale nucléaire, nuage noir envahissant la ville, ...)

Mais non, nous ne regrettons absolument pas d'être partis. A nous, la Place Rouge, le Kremlin, la Cathédrale St-Basile-Le-Bienheureux, un Ballet de danse folklorique, la gastronomie Moscovite, Monastère, Statues déboulonnées, etc....

Fidèle à mes habitudes, j'ai glissé dans ma valise des petites choses à vous montrer, mais cette fois c'est surtout les hommes de la famille qui ont été gâtés. Je n'en dis pas plus, mais les 7 prochains billets seront dans une ambiance russe....

En attendant, je prépare les posts de la semaine et repars à Marseille pour une semaine (non pas de farniente) mais de peinture.

Top dos croisé

Je crois que cet été ; enfin ce printemps même car ce top à été réalisé en mai (ahuum ! on ne se moque pas !) ; j’ai été contaminée par une nouvelle maladie « le dos nageur ». Je ne sais pas si c’est en réaction aux bretelles habituelles bien droite (qui nous laisse de vilaine marque de non-bronzage, et qui ont la fâcheuses tendance à glisser toutes les 2min) ou par ce que je préfère porter des soutien-gorge aux bretelles qui se croisent aux dos (type soutien-gorge de sportif – grande sportive que je suis !) ou plus simplement parce que je préfère mes épaules bien dégagées (c’est tout de même un brin plus féminin pour ne pas dire sexy !)
Quoiqu’il en soit cet été mon seul mot d’ordre était : « je déballe mes épaules ! » J’avais déjà bien débuté avec mes débardeurs (Tower-Bridge) et autre robe (château de ma mère) mais c’était sans compter sur un petit top en Liberty.

Alors bien sûr qui dit Liberty, dit Tatum (dois-je vous rappeler que c’est l’un de mes favoris) Mais cette fois c’est un Tatum rouge qui a subit une belle transformation. Et puis pour assagir un peu ce coton ardent les pièces de poitrine sont doublées d’un coton à carreaux blanc et moutarde. J’ai d’ailleurs fait un rappel de ce coton en bas du top.

4 petits boutons sur le devant.
Boutons trop beaux offert par Roxane (il y a fort fort longtemps)

Inutile de vous dire que ce top a fait amis-amis avec mes shorts, jupes et jeans cet été. Il a même enflammé le dance-floor d’un Petit Pavillon !

Après la Jordanie, la Sicile....

Après 2 tentatives avortées pour partir en vacances ensemble
il semblerait que cette fois soit la bonne !
Nous nous envolons 4 jours...

...Oui, mais où ?
(les copines qui savent : chuuuut)

Robe en jersey kaki

Après London me voilà repartie sur les routes de France. 4 jours à Lyon avec mon amie Lilie. - 4 jours entre copine
- 4 jours de shoping
- 4 jours de flânerie au bord du Rhône
- 4 jours de papotage intensif (c'est que depuis note semaine chez Lil Weasel, on en avait des choses à se raconter)

Et bien sur j'ai mis dans ma valise quelques nouveautés pour jouer les stars sous l'œil avisé de ma Lilie. Notamment cette robe en jersey vert Kaki. Bon ce n'est pas vraiment une nouveauté, mais comme tout, j'ai mis mon temps avant de vous la montrer ! (humhum)

Cette robe, c'est bien simple je la porte tout le temps. D'une part parce qu'elle est en jersey, mais aussi parce que j'aime beaucoup sa forme. Les épaules un peu larges et "loose", un élastique aux hanches pour structurer la silhouette et une jupe droite et courte (que demander de plus ? )

Alors bien-sur cette robe bien que simple demande aussi un minimum d'accessoires. Donc on y va allègrement : sautoir, bracelet (en Liberty réalisé avec Lilie... je vous en parle dans quelques jours!), créoles.... (allez on ne lésine pas sur la quantité)

Biais Liberty Thorpe (quoi vous ne le voyez pas ?!!!!)
et pourtant il y est bien là
A chaque manche et à l'intérieur pour créer le passant
et glisser l'élastique de la ceinture.

Et ma robe s'entend à merveille avec mes nouvelles chaussures
(merci Minelli pour les soldes!)

Ma petite laine d'été

Malgré ce que l'on peut penser il arrive que de temps en temps, quelques jours par an.... Marseille soit sous la pluie.... et perde quelques degrés ! (vous imaginez le désarroi dans lequel je me suis trouvée ! Harg !)

Mais prévoyante comme je suis j'avais tout de même pensé à glisser mon dernier ouvrage tricot dans ma valise... Réalisé en coton "Luna" de chez Cascade acheté bien évidemment chez Lil Weasel. Rhalalala ce coton...... une pure merveille ! (une tuerie de chez tuerie !) Je n'avais jamais tricoté un coton aussi doux ! Et puis comme à leur habitude Cascade Yarn ont mis en place un nuancier à tomber !

Tricoté avec des aiguilles n°5 et n°4 ce modèle est extrait d'un catalogue Phildar de cet été. Mais la laine Phildar et la Luna n'ont pas du tout le même échantillonnage... (misère....) A moi la règle de trois et les tests pour monter le bon nombre de mailles.

Grande fente sur le devant et fronces de chaque côté
Manches courtes et bien larges

Fronces au dos également